Aujourd’hui je vous propose un témoignage pour changer :

Il y a quelques jours, au milieu d’un repas hivernal dans ma belle famille, la question fatidique m’a été posée : « ça parle de quoi ces livres que tu écris ? »

Alors moi : « ce sont des jeux qui permettent de construire une histoire. » Pensant que ça leur suffirait et que je pourrais avec ça éviter d’aller plus en profondeur.

C’était sans compter l’ami d’une cousine de ma femme, qui s’intéresse au monde ludique et qui me demande en quoi ça consiste.

Je commence donc à lui expliquer vaguement que les joueurs jouent des personnages dans des décors fictifs, avec des « mécaniques » visant à faciliter « l’immersion ». Je crois que d’une certaine manière, je tâtais un peu le terrain par ces explications vagues : s’il connaissait le JDR ou les jeux vidéo dits « RPG », ça le ferait réagir.

… Gros silence, je me rends compte à ce moment-là que tout le monde autour de la table écoute : oncles, tantes, grand-mère… et qu’aucun d’entre eux n’a la moindre connaissance de ce qu’est un jeu de rôle. Pire, personne ne pane un traître mot de ce que je bave.

Galère…

Déjà, je me suis refusé de parler de « jeu de rôle » pour commencer afin d’éviter l’étiquetage, car j’ai déjà eu la surprise de me rendre compte que mon beau père pensait que je faisais du GN. Je me suis donc embourbé dans un mélange de concepts abscons et de tentatives de vulgarisation sans queue ni tête.

Plusieurs choses au final ont permis de dissiper la perplexité ambiante :

  • le fait de me centrer sur un seul jeu (Prosopopée ici) ; car expliquer les fondements du JDR dans sa globalité requiert forcément de manier un langage abstrait, alors que ne parler que d’un seul jeu permet de donner des exemples plus concrets ;
  • présenter l’activité en commençant par les fondamentaux : on s’assoit autour d’une table et on « narre » par des descriptions verbales ce qu’il se passe dans la fiction ; par les contributions de chacun et par des règles qui indiquent la marche à suivre, on tisse une histoire.
  • expliquer le but du jeu qu’on présente, par exemple pour Prosopopée : le but est de créer un monde « beau », comme un beau tableau, tout en trouvant un moyen de résoudre les problèmes qui affectent la population qui y vit.

Ma femme a fini par m’aider en expliquant une partie de ces choses là. Sa cousine a fini par lâcher « ah, mais c’est comme du jeu de rôle en fait » ! (Visiblement, tout le monde n’était pas complètement profane). Plusieurs personnes m’ont posé des questions pertinentes qui m’ont permis petit à petit de mieux cibler mes explications.

J’avais déjà écrit un article à ce sujet : http://froudounich.free.fr/?p=526 mais je n’avais jamais pris de plein fouet la difficulté qu’il peut y avoir à expliquer ça à une assemblée hétérogène totalement profane.

La différence de générations entre les interlocuteurs et d’affinités avec le monde du jeu et de la fiction m’a rendu la tâche bien plus délicate que je n’aurais pu l’imaginer. En plus, s’agissant de ma belle famille, je me sentais moins à l’aise que si ça avait été des amis ou des parents proches. Je ne savais même pas les références que je pouvais utiliser, ne sachant pas si elles leur parleraient.

Au final, je ne suis pas sûr que beaucoup d’entre eux aient vraiment compris. Un oncle a demandé vers la fin de la discussion : « mais en fait, c’est sur ordinateur ? » avant de se voir détromper par les autres… ^^

Enfin, voilà un vrai défi si l’on s’intéresse à des publics différents.

Et vous, comment vous-y prenez-vous pour expliquer votre passion ?

Tagged with:
 

4 Responses to Comment expliquer le JDR à des non-initiés ?

  1. VilainBarbuNo Gravatar dit :

    Présenter une activité à des gens qui ne la pratique pas, n’est jamais facile. La comparaison a une autre activité plus répandue est la solution que j’utilise le plus souvent.

    Je compare souvent une partie de jeu de rôle à du théâtre… Encore faut il connaître le « public » auquel on s’adresse. On ne peut pas expliquer de la manière le jeu de rôle à un enfant de huit ans qu’à un étudiant ou à sa grand-mère.

  2. Tu as raison quant au fait que le public conditionne l’explication (d’où mon embarras face à plusieurs générations dont je ne connaissais pas les références).
    Je crois cependant que les analogies induisent en erreur plus qu’elles n’aident (surtout que les jeux qui me plaisent n’ont pas grand chose à voir avec le théâtre ;) …)

  3. petitcornuNo Gravatar dit :

    Alors pour nous, quand des profanes débarquent en masse devant la herse avec fourches et bouches édentées, nous leur expliquons simplement qu’ils ont une poignée de secondes pour éviter la combustion générale… Ah non, ça c’est pour les représentants… En fait, mes amigos et moi-même partons sur des thèmes connus, comme star wars ou le seigneur des anneaux, et expliquons que le jeu de rôles permet en fait d’incarner des personnages dans ces environnements (et si vous étiez Bilbo? à part vous pendre, que feriez-vous?), qu’il y a un participant (le meujeu) qui décrit les lieux et raconte une histoire, comme un scénario de film que les joueurs (dit peujeu ou inconscientes victimes consentantes) découvrent au fur et à mesure, et sur lequel ils peuvent influer en prenant la parole. Nous évitons toujours la partie technique, sans grande importance dans cette tentative baffouillante d’explication et de séduction, mais nous insistons sur les notions de personnages au centre de l’histoire, d’interaction et aussi de kinder, car les petits cornus corrompent les nouveaux à coups de kinder surprise, voir de kinder country pour les plus récalcitrants.

    Enfin bref, depuis quelques années, il est vrai que la montée de la vague geek des trentenaires permet d’avoir plus facilement des accroches, avec les jeunes et les quadra également, les plus anciennes générations sont approchées par le biais des jeux de plateau, mais c’est là une toute autre histoire!

  4. Merci pour ta contribution, petit cornu !
    C’est vrai que les références à des films connus est une bonne idée. Il m’est aussi arrivé une fois de dire un truc du genre :
    Le JDR, c’est… imagine que tu es dans une sombre forêt, tu entends le branches craquer, aucun bruit d’animaux, hormis… quelque chose qui fonce à toute vitesse à travers les buissons, il arrive dans ta direction sans ralentir, qu’est-ce que tu fais ? ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?